mercredi 25 novembre 2020

BLOG #09 Première balade Solo

L’ami Ricoré

Ce jour, voulant prendre un main la moto je me lance sur mes traces annuels.

Qui est de traverser les cols de la région le plus rapidement possible (sur le mois), pour pouvoir faire des découverte de nouveau col.

Donc, aujourd’hui, je démarre la moto (je cherche encore un nom), pour quelque chose de simple. Direction la Bonette, col de la Cayolle et renter maison. Mais tout ne c’est pas passé comme prévu… Il y a eu des écarts.

En route pour le Col de la Bonette

Démarrage 9 h 30, pour mettre un peu d’essence (j’étais à mis réservoir, j’aurais pu tenir, mais on ne sait jamais)

Presque 1 an que je n’ai pas pratiqué cette route en moto, elle m’avait manqué. Je prends mon temps, la machine est encore en rodage et je compte passer le cap des 500 km ce jour, pour utiliser plus de plages rotation moteur (mes recommandations de rodage personnel).

Des petits débris sur la route, surtout après Saint-Étienne de Tinée, je ralentis et je profite du paysage en même temps.
En regardant ce que la nature me montre, je vois au loin lors de quelques balades le blockhaus des Fourches que je rêve de visiter.
Je continue sur ma lancée et je traverse le Camp des Fourches tout en gardant à l’esprit le Blockhaus
Mais je me résigne, je fais demi-tour, je me gare sur le parking du Camp des Fourches et prépare la montée au Blockhaus.

La randonnée

Des années que je n’ai pas fait de randonnée, je me lance avec mes cliques et mes claques.
Je parle des affaires de la moto, je n’avais pas prévu de le faire, dans le cas contraire j’aurais pris les valises pour y mettre au moins le casque et le blouson.
Mais ce n’est pas le cas, mes bottes ne posent aucune gêne sur la montée et la neige. Seul le fait de transporter le casque et le reflex est gênant.
Cela dit, le jeu en vaut la chandelle, je passe devant 2-3 ouvrages qui datent de la ligne Maginot pour prévoir une seconde guerre.
Pour cette fois, je ne me lance pas dans l’exploration de ces ouvrages, je contemple le paysage à l’inverse du blockhaus.


J’évite de prendre racine et me relance sur la montée.
Une petite trentaine de minutes après, j’arrive sur le Blockhaus.
Un petit coup d’œil a ce qui s’apparente à une fenêtre et je rentre pensant pouvoir monter sur le toit.
C’est impossible, je trouve une sortie, je fais le tour de la bâtisse et là je puis monter sur le toit.
Je pose mes affaires, reprends le reflex sans le surplus.
Le GPS m’indique ~2300 m d’altitude et un silence de nature de profil devant moi, seules quelques motos me sortent de ce monde.
Profitant de ce moment de solitude, je me remets à mes pensées et à mes yeux tant le spectacle est beau.
Une petite heure de pause plus tard, je prends la direction de la Multistrada pour me diriger vers le Col de la Bonette et prendre le Col de la Cayolle…

Le Col de la Bonette et changement d’avis

Petite reprise de respiration à la moto et c’est reparti.
Je prends la direction du Col de la Bonette pour y faire une petite halte, il s’agit de la première Bonette pour moi de l’année.
Je pars encore pour une marche, en direction de la cime à de 2860 mètres d’altitude.
Un regard sur le panorama, un autre pour voir l’état du col de la Moutière s’il est praticable dans peu de temps. 
Le temps défile, je retourne sur ma monture, je mets le contact et direction Jausiers.
Enfin, c’est ce que je pensais, jusqu’à ce que j’arrive au croisement pour descendre sur Barcelonnette et monter sur La Condamine-Châtelard.
À ce moment précis, je me souviens d’une story parlant du Col du Parpaillon… Ça tombe bien, il n’est pas trop loin.
C’est parti, je passe la première, j’enroule les quelques kilomètres vers ce col que je souhaite faire depuis que j’ai commencé à me prendre des trails.

La montée, ce fait avec quelques difficultés, la route est humide, mes pneus ne sont pas trop adhérents à ce type d’utilisation sur des éléments boueux et instable.
Je tire 6 km depuis le Gîte de Saint-Anne jusqu’à ce que je traverse le Ruisseau du Parpaillon.
Mais je ne prends pas de risque, la fatigue ce fait sentir et je vois que la moto ne pourra pas voir le Tunnel qui se trouve six kilomètres plus loin.

 

Retour à la maison

Demi-tour fait, je refais la descente du Col du Parpaillon avec un sentiment de déception.
Au fond de moi, je sais qu’il s’agit d’une réussite avec mon niveau en tout-terrain et surtout le cœur que j’y ai mis pour voir ce col qui me fait des clins d’œil depuis un bon moment.
C’est le cœur léger que je reprends le bitume vers le Col de la Cayolle.
Je fais une pause à Barcelonnette pour envoyer un message à la personne chère à mon cœur, pour la rendre jalouse de ce que j’ai pu observer.
Il en va de même que je me suis promis d’y retourner avec elle.

Direction le Col de la Cayolle, je commence à prendre bien en main la moto même les courbes s’enchaînent plus facilement qu’avec la Multistrada 1260s.

Dès l’arrivée en haut du col, le temps change et durant la descente je commence à me prendre la pluie puis la grêle durant quelques kilomètres pour enfin atteindre les Gorges de Daluis, lieu mythique de la région avec ses Roches rouges (pélites).
Lors de mon passage au pont de la mariée, je me retrouve empêtré dans un groupe de GS et une Multistrada.
Je tiens leur rythme, jusqu’à ce qu’il me laisse sortir de leur groupe.
Je continu ma descente et surprise je retrouve une personne de ce groupe sur ma trace.
On accélère le rythme, les courbes franchement géniales pour cette fin de journée.
On ce quitte au croisement pour descendre vers Entrevaux et retournée à la maison.

J’enchaîne les derniers kilomètres, pour arriver aux alentours de mon domicile.
Je mets un bon coup de Karcher à ma belle et je rentre.
Pour terminer ce petit voyage, je me lance à dégraisser la chaîne et la graisser…

Le tracé complet

Laissé pour compte

Panorama, Rando, Marmotte et les pieds dans l’eau

Check Also

BLOG #10 Mes premiers vrais tours de roue sur chemin

Un petit retour sur mes aventures sur le Col du Parpaillon et Le Lac des Sagnes avec ma Multistrada 1260 Enduro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :