jeudi 13 août 2020

Essai #01 Avis Multistrada 1260s 1ans après

Prologue

Après des années en 4 🐾. Entres ma Yamaha, la Honda et les 3 BMW (surtout la XR). J’avais envie de changement, alors dans mes recherches d’un Trail sportif le choix est simple, mais je voulais du nouveau, donc j’ai changé de philosophie motrice. J’ai le choix entre 2 marques, mais le style italien me fait de l’œil. Après 1 essai de la 950 que je n’ai pas trop aimée pour son freinage et d’autres petits points. Quelque temps après, j’y suis retourné pour la Multistrada 1260s. Comme la Multistrada 1260s venait de partir en essaie, j’ai pris la Multistrada 1260 Enduro en essais le temps d’avoir la MTS1260s de disponible. Dès cette session, le moteur, la moto me plaît, quand j’ai pu prendre en main la MTS1260s, j’ai fait le devis dès que je suis revenu à la concession et voilà la belle Scarlett.

Voilà la petite Scarlett

Notre adolescence

Durant les premiers de la moto, je vous avoue avoir du mal avec le moteur, comme expliquée, j’ai beaucoup roulé en 4 🐾 car il s’agit de mes préférences en termes de moteur.

J’ai tendance à beaucoup rouler en duo, lors de la première grosse balade (aux alentours de Marseille), j’étais en apprentissage du moteur, mais en duo. C’était la première fois où j’ai tant eu de difficulté avec une moto et surtout subi une moto de ma vie à en croire que j’ai douté de mon achat. En y regardant de plus loin, la personne qui sur la selle passager était un bout de bois.

Mais, en rentrant, je découvre le moteur en parti en solo… On a commencé à ce connaître (la moto), j’ai bien pris 4000km pour apprendre un moteur, ces réactions et à vraiment découvrir l’âme de ce dernier pour commencer à bien le prendre en main au retour du mont Ventoux.

Direction le Ventoux en démarrant de Sault

Présentation

Maintenant, après vous avoir conté notre début je vais vous présenter ce qu’il y a sur cette moto en termes d’options ajoutées.

  • Poignées chauffantes
  • Bulle courte carbone
  • Béquille centrale
  • Support GPS (plug and play gamin tomtom)
  • Kit covering
  • Ligne racing
  • Sélecteur de vitesse rabattable
  • Support pour top case SW Motech (pour y mettre les sacoches souple)
  • Attache Kreiga sous la selle passager

J’en oublie certainement, mais ce fut ma plus grosse préparation sur une moto (attention préparée à mon goût et utilisation).

Tout les ajouts de la moto

Ce que j’ai apprécié

Comme écrit un peu plus haut, je viens du monde des 4 cylindres, l’adaptation fût très difficile avec mon style de conduite pour dompter ce moteur extrêmement joueur sur les bas et milieu régime.
La monte pneu d’origine, sont les Scorpion Trail 2, très performant sur le bitume et vraiment agréable pour cette moto. J’ai fait 100 km en offroad (petite piste), ceux semble bien tenir le grip mais rien de foufou comme un Scorpion Rally.
La monte me faisait environ 6000 km maximum.

Je me suis permis d’essayer de mettre ma monte fétiche, qui sont les Rosso III.
Mais je ne suis pas arrivé les apprécier sur cette moto, sur les mises en angles et le manque de grip sur chemin (oui, ils ont du grip sur bitume je ne leur enlève pas ça !).
Dès qu’ils ont été brûlés, je me suis repris les Scorpion Trail II

Je passe du coq à l’âne, mais visuellement, elle a du charme. Comme toutes les Ducati, mais là franchement, je suis tombé amoureux de son esthétique, son chant, sa vie (et la ligne Racing ❤).
Que ce soit sur le design, le monobras, tout est dessiné pour la rendre sublime.
Sur les carénages, aucunes vis ne sont apparentes. Le câblage reste très propre, seul petit défaut à un groupement de câbles au guidon qui frotte sur le tableau de bord.

Parlons-en de ce tableau de bord, très complet, à mon goût voir beaucoup trop.
Les informations demandées sont présentes, voir plus, plus, ce qui n’est pas a m’en déplaire.  
Avec une centrale Bluetooth pour le GPS et intercom qui permet de contrôler sa musique au guidon et répondre aux appels .

Une gestion du temps d’enduro, sur ce mode moteur.
Mais il n’offre pas que cela, entre autres vous contrôlerez la moto par les 4 profils proposés (Sport, Touring, Urban, Enduro).
Les 4 modes proposant des affichages différents et adaptés à leur utilisation.

Par exemple le mode sport, libère le moteur, durcis les suspensions et élève le cul pour un meilleur centre de gravité de la moto.
Il gère aussi l’activation de l’ABS, DTC, Anti-Wheeling.

Ce qui reste impressionnant c’est son panel d’électronique embarqué qui fut un gros plus sur mon choix.
Oui, entre le réglage des suspensions en dureté sur l’avant et l’arrière, la hauteur de la suspension arrière pour modifier le centre de gravité et surtout modifier l’assiette lors des roulages en duo ou avec baguage.
À la différence de la BWM s1000xr qui restent juste des profils non modifiables.

Comme l’adage dit “Ducati, boite à outil”, je vous avoue ayant fait un rodage comme je les aime (je vous ferai un article dessus), la consommation d’huile était minime, environs 200ml tous les 3000km.
Je n’ai eu aucun gros problème moteur/électronique sur ses 20k km, à défaut d’un qui sera expliqué dans ce qu’il m’a déplu.

Sur la partie consommation, je suis en moyenne à 5l/100km en roulage tranquilles soit 400 bornes sur le papier (j’y reviens aussi).
En roulage fort, je lui ai mis du 7.8l/100km pour ma part ce qui reste moins de la BMW, qui rester a 6.8l/100km en roulage tranquille et 7.5 en fort.

Les choses qui fâchent

Tout n’est pas parfait, certain points cité plus haut en ce qui me plait on de gros défaut.
On commence un petit truc qui me chiffonne venant de la s1000xr, le filtre à air.
Oui, car pour le changer ou nettoyer, il faut soulever le réservoir surtout en sachant que Ducati à créer un modèle enduro de la Multistrada.
La petite maladie de c’est moto du moins sur les étrier de frein avant que l’ont retrouve sur la Diavel (la maladie reste la même) est que les plaquettes frotte de temps en temps en roulant lentement qui fait un bruit gênant.

J’ai remarqué un petit manque, sur le train avant, présent sur la s1000xr qui est l’amortisseur de direction.
Il ne s’agit que du confort de conduite pour moi, mais un petit manque.
Avec l’option des crashbar et le réglage de l’amortisseur piloté, on peut modifier  cette assiette pour régler le souci.
aAvec ces 2 cylindres, ça puissance de tracteur lors de l’accélération l’avant se déleste et l’on finit vite en wheeling.

Un petit point gênant où j’ai failli finir 2-3 fois au sol lors d’arrêt au feu ou en parking.
Il s’agit de la pompe d’embrayage, mon pantalon a tendance à se coincer sur lui, lorsque je tente de mettre pied à terre.
J’avais pu apercevoir un accessoire sur le web qui rajoute une protection sur la pompe, mais il m’est impossible de remettre la souris dessus.

L’endroit de fixation de l’amortisseur arrière, créer un creux ou tous les défauts de la route, se coince dedans.
C’est très pénible à nettoyer et les petites aspérités ont tendance à abîmer le ressort.

Je reviens sur la consommation, du moins sur la jauge à essence qui a tendance à avoir des sauts d’humeur.
Je m’explique, sur une consommation moyenne de 5 l/100 km affichés sur le tableau de bord, avec un réservoir de 20 l, notre autonomie devrait être de 400 km.
Mais non, la jauge vous dit de faire le plein a 300km !
Au début, naïf, je vais faire le niveau, mais il fallut presque 5000 kilomètres pour commencer à voir ce problème.
Après des recherches, je ne suis pas le seul dans ce cas là. Cela dit, j’ai réappris les calculs mentaux. 🤣

Le point le plus noir, un accessoire que j’ai ajouté pour mon confort d’entretien, la béquille centrale !
Car celle-ci rabaisse la moto et à la mise sur l’angle celle-ci frotte, à la limite de soulever la roue arrière (ça m’est arrivé en Corse).
Si la béquille centrale frotte les sélecteurs aussi, j’ai réussi à tordre mon sélecteur de vitesse qui est allé plier le shifter et me créer des erreurs lors des changements de vitesse.

 Il est passé en garantie, mais cette béquille centrale m’a fait quelques frayeurs.

En Conclusion

Bien sûr, elle a des défauts et je pourrais en faire de même sur toute les moto que j’ai eu.
Mais j’ai eu un gros coup de cœur alors que je cherchais juste une moto que je puisse personnaliser.
Celle-ci a eu sur ses 1 ans d’utilisation 20k au compteur, et rien de particulier qui ce détériore

Check Also

BLOG #08 Il est l’heure !

Après 1 an de Multistrada 1260s, plusieurs réflexions après le AlpesAventures Festival, ayant déjà amené …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *